Organisez une rencontre avec votre deputéE et abordez 1-2 enjeux clés pour les droits des enfants non citoyens!

Version imprimable

Étape 1 : Récoltez des signatures pour la pétition (facultatif)

Organisez un événement ou installez une table aux événements/emplacements communautaires pertinents et récoltez des signatures pour la Pétition sur la façon dont le Canada traite les enfants non citoyens (voir les détails sur les pétitions). Profitez-en pour sensibiliser le public sur le traitement des enfants immigrants et réfugiés au Canada.

Vous avez besoin d’idées sur comment récolter des signatures? Jetez un coup d’œil à la Flashmob nationale pour les droits des enfants!

Étape 2 : Obtenez une rencontre avec votre députéE

Découvrez comment rejoindre votre député – cliquez ici

Demandez si possible une rencontre d’au moins 30 minutes. Assurez-vous de savoir combien de temps on vous a accordé, et planifiez votre rencontre selon cet horaire. (Sachez que l’horaire pourrait changer – des fois, les députÉs sont en retard et ont besoin d’écourter la rencontre, des fois, ils/elles sont intéresséEs et veulent rester plus longtemps que prévu.)

Étape 3 : Planifiez votre rencontre

  • Rassemblez un groupe de 2 à 3 personnes (préférablement des gens qui habitent dans la circonscription de votre députéE)
  • Essayez d’inclure au moins une personne qui a été personnellement affectée par un enjeu que vous soulignez.
  • Choisissez 1-2 enjeux clés dont vous voulez discuter lors de la rencontre. Nous avons préparé des documents pour vous aider à parler des enfants en détention et de la réunification familiale. Cependant, votre groupe pourrait vouloir parler d’autres enjeux. Voici d’autres suggestions :

> Adopter une politique nationale pour prendre soin des enfants séparés

> Protéger les enfants victimes de la traite

> Cesser l’apatridie

> L’intérêt supérieur de l’enfant et la déportation

  • Si possible, essayez de vous informer sur ce qu’a dit votre député sur les enjeux de l’immigration. Visitez : www.parl.gc.ca ou www.openparliament.ca pour plus d’informations sur ce qu’il/elle a dit et ses votes dans la Chambre des communes. Vous pouvez aussi essayer de faire une recherche sur Google. Il se peut aussi que nous ayons de l’information au bureau du CCR, rejoignez : cfrench@ccrweb.ca
  • Révisez les ressources pertinentes du CCR pour vous préparer à discuter des enjeux (mais rappelez-vous que vous n’avez pas besoin d’être unE expertE pour avoir une opinion!)

> Rencontrer son/sa députéE pour les droits des enfants non citoyens – notes

> Le traitement des enfants non citoyens au Canada

> Pages web du CCR :

o Les droits des enfants et des jeunes sous le système d’immigration canadien

o Réunification familiale

o (Détention) Le projet de loi C-4 : contre les passeurs ou contre les réfugiés?

o Protéger les victimes de la traite au Canada

o Les enfants apatrides du Canada

  • Assurez-vous que tous les membres de l’équipe soient à l’aise pour discuter des points importants que vous soulignerez lors de votre rencontre
  • Décidez qui couvrira les différents points à l’ordre du jour
  • Préparez les documents nécessaires que vous donnerez à votre députéE pendant la rencontre :

> Les signatures de la pétition

> Le document d’information de 2 pages Le Canada a du travail à faire

> Le document d’information Le traitement des enfants non-citoyens au Canada

> Réfugiés en Afrique: un traitement juste? (Si vous décidez de parler de cet enjeu)

> D'autres ressources pertinentes selon les enjeux que vous aborderez. Voir les pages web du CCR sur ces enjeux.

> Votre carte d’affaire ou vos coordonnées

  • Pratiquez en groupe, ça vaut la peine!
  • Préparez vos remarques et soyez sélectifs, puisque vous ne pourrez pas tout communiquer. Il est préférable que le/la députéE retienne quelques messages clairs, plutôt que d’être confusE par une trop grande quantité d’informations.

Étape 4 : Pendant la rencontre

Note : vous pouvez aussi télécharger ce plan de rencontre sous forme d’un document Word en cliquant ici.

Soyez brefs, tentez d’impliquer le/la député-e dans la conversation et demandez-lui de s’engager, plutôt que de faire une présentation pour toute la durée de la rencontre. Insistez pour obtenir une réponse claire, autant que possible. Est-il/elle en accord avec vous ou non? Agira-t-il/elle selon votre demande?

Cette structure se veut un guide, plutôt qu’une approche unique et rigide à votre rencontre avec le/la député-e.

a) Introduction/Brise-glace (1 minute)

  • Remerciez le/la députéE de prendre le temps de vous rencontrer. Présentez-vous et mentionnez si vous habitez/travaillez/allez à l’école dans sa circonscription. Expliquez votre intérêt ou celui de votre organisme envers cet enjeu.
  • Expliquez votre lien et vos préoccupations par rapport aux enjeux des réfugiés et des immigrants.
  • Si vous avez participé à la flashmob pour les droits des enfants non citoyens, parlez de ce que vous avez fait et mentionnez combien de personnes sont venues. (Mais soyez bref!)

b) Présentez l’enjeu (1 minute)

  • Vous souhaitez discuter de vos préoccupations par rapport au respect des droits des enfants réfugiés et immigrants au Canada, surtout en ce qui concerne la détention et la réunification familiale.
  • En 2012, l’ONU examine le Canada sur son respect de la Convention relative aux droits de l’enfant. Pour ce qui est des enfants réfugiés et immigrants, le Canada peut s’améliorer.
  • Nous sommes contents que la loi canadienne sur l’immigration fasse quelques mentions de l’intérêt supérieur de l’enfant, mais malheureusement, malgré cela, trop souvent le Canada ne tient pas compte des droits fondamentaux des enfants réfugiés et immigrants. Dans le passé, le comité de l’ONU a critiqué le Canada sur son traitement des enfants réfugiés et immigrants.
  • Demandez à votre deputéE de passer à l’action avec urgence pour que le Canada respecte complètement l’intérêt supérieur de l’enfant dans tous les processus de l’immigration.

c) Identifiez l’enjeu (8 à 10 minutes)

  • Donnez-lui une copie du document Le Canada a du travail à faire, du document d’information, et du DVD. Expliquez que ces ressources sont pour leur propre information et pour partager avec d’autres députéEs. Toutes les ressources sont disponibles en ligne.

Exemples de comment le Canada ne respecte pas les droits des enfants immigrants et réfugiés :

Détention :

  • La Convention relative aux droits de l’enfant et la loi canadienne affirment que la détention des mineurs doit être une mesure de dernier recours seulement.
  • Mais la détention des enfants au Canada n’est PAS limitée aux circonstances exceptionnelles, et l’intérêt supérieur de l’enfant n’est pas toujours pris en compte.
  • Au Canada, les enfants sont régulièrement détenus à des fins d’immigration, pendant des semaines et même des mois (récemment, le Canada a détenu 330 mineurs à des fins d’immigration en seulement en an, 2008-2009).  
  • Par exemple, plus de 40 enfants qui sont arrivés en Colombie-Britannique par bateau lors de l’été 2010 (MV Sun Sea) ont été détenus, alors qu’ils venaient tout juste de survivre un long et dangereux voyage de 3 mois. Plus de 4 mois plus tard, certains d’entre eux étaient encore en détention. (Ou donnez un exemple local si possible.)
  • Des études canadiennes et dans d’autres pays (par exemple au Royaume Uni et en Australie) ont prouvé que la détention à des fins d’immigration a des impacts négatifs sérieux sur la santé mentale des enfants. Si le projet de loi C-4 est adopté (il est présentement en deuxième lecture au Parlement), certains enfants seront emprisonnés pour un minimum de 12 mois sans possibilité de libération. Ce serait de la détention arbitraire, ce qui viole la Charte et les lois internationales.
  • La détention n’est PAS dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Le gouvernement devrait trouver des alternatives viables à la détention des enfants à des fins d’immigration.
  • Demandez à votre député de retirer le projet de loi C-4 (si il/elle représente le parti conservateur) OU de voter contre (si il/elle représente l’opposition). (Refusez de parler d’amendements au projet de loi : l eC-4 a trop de problèmes fondamentaux et doit être abandonné.)

Réunification familiale

  • La Convention relative aux droits de l’enfant de l’ONU affirme que toute demande de réunification familiale doit être traitée dans un esprit positif, avec humanité et diligence.
  • Mais des enfants attendent souvent pendant des mois dans des situations dangereuses avant d’avoir le droit de venir au Canada pour être réunis à leur famille. Plusieurs d’entre eux sont les enfants de réfugiés.
  • Les enfants africains font face aux délais les plus longs. Par exemple, la moitié des demandes des enfants de réfugiés examinées à Nairobi prennent plus de 23 mois. Pour les enfants, 2 ans, c’est toute une vie! Plusieurs enfants attendent encore plus longtemps.
  • Si vous le pouvez, donnez un exemple local.
  • Demandez à votre députéE de passer à l’action de façon urgente et d’intervenir pour accélérer la réunification familiale et s’adresser aux longs délais à Nairobi.

d) Présentez la pétition

  • Présentez les signatures après avoir discuté des enjeux. Mentionnez combien de signatures vous avez, où elles ont été récoltées, et si les signataires (ou une partie) sont dans sa circonscription.

Note : Un minimum de 25 signataires doivent habiter dans sa circonscription et être citoyen canadien.


e) Des questions de votre députéE

  • Votre députéE aura peut-être des questions concernant les droits des enfants non citoyens. Consultez le document d’informations. Si vous n’avez pas les réponses à toutes ses questions, ne vous en faites pas. Vous pouvez offrir de vous informer et de lui envoyer les réponses par la suite.


f) Solutions/Demandes à votre députéE (1 1/2 minutes)

Demandez des actions concrètes de sa part.

1. Demandez à votre députéE de présenter votre pétition dans la Chambre des communes.

***Note : Votre députéE doit rédiger une demande de certification qui sera transmise au greffier des pétitions. Une fois la certification obtenue, la pétition est renvoyée au/ à la députéE. Le/la député/e peut alors la présenter au Parlement. Cependant, aucun délai légal n’est spécifié pour la présentation au Parlement. Assurez-vous donc de faire un suivi auprès de votre députéE après la rencontre, afin de connaître le progrès de votre pétition au Parlement.

2. Demandez à votre députéE de travailler avec d’autres députéEs pour trouver des façons de donner une plus grande priorité aux droits des enfants dans les processus de l’immigration.

* Essayez de quitter la rencontre avec au moins un engagement de sa part.*

g) Dites merci et faites un suivi (1 minute)

  • Remerciez le/la deputéE pour son temps. Récapitulez les engagements et promettez de faire suivi auprès de son bureau.

Étape 5 : Après la rencontre

  • Envoyez une lettre pour remercier votre deputéE de la rencontre et ajoutez-y de l’information supplémentaire liée à votre discussion.
  • Envoyez-nous un petit résumé de votre rencontre, le nombre de signatures que vous avez présentées à votre députéE (si pertinent), les commentaires qu’a faits votre députéE, ses questions et toute action qui est ressortie de la rencontre à cbeaudry@ccrweb.ca

Quelques ressources utiles:

Du CCR:

De l’Apathie c’est plate:

Contacte un député

10 méthodes pour que les politiciens vous écoutent

Ressources de l’Apathie c’est plate disponibles en anglais seulement :

How to set up a meeting with your MP

How to get your petition heard in Parliament

Decoding what MPs do

How to write a letter to your MP