Rassemblement Action Jeunesse 2013

Version imprimable

Le deuxième Rassemblement Action Jeunesse du Conseil canadien pour les réfugiés a eu lieu à Edmonton, du 7 au 10 août 2013. Plus de 70 jeunes et intervenants y ont participé, provenant de Victoria, Vancouver, Surrey, Calgary, Edmonton, Winnipeg, Toronto, Ottawa, Montréal et Fredericton. Cette année, le Réseau des jeunes du CCR a organisé l’événement en partenariat avec le John Humphrey Centre for Peace and Human Rights. Le thème de l’Assemblée mondiale des jeunes de 2013 était la santé et les droits de la personne.

 

Introduction: santé et apprentissage

Dans le cadre de ce Rassemblement Action Jeunesse, nous avons beaucoup appris non seulement sur la théorie par rapport à la santé et les droits de la personne, mais aussi sur la pratique de développer des communautés saines, et sur ce que cela signifie de croître en tant que réseau et de former des partenariats avec d’autres organisations. Nous avons appris à connaître nos forces et nos limites, où nous sommes ouverts à des négociations et où nous ne le sommes pas. On nous a rappelé que nous faisons face aux défis de différentes façons, et que la diversité est notre force. Il se produit tellement de choses quand soixante-dix jeunes nouveaux arrivants inspirés et provenant de toutes les régions du pays se rassemblent qu’il est difficile de tout résumer dans un rapport. Toutefois, nous avons essayé et voici quelques faits marquants de la conférence de quatre jours.

 

1) Ateliers extraordinaires

Éducation

Cet atelier était réellement inspirant. Les facilitateurs ont très bien articulé les obstacles auxquels font face les jeunes par rapport à l’accès à l’éducation. Les participants à l’atelier ont mentionné qu’ils ont appris beaucoup des jeunes et qu’ils étaient impressionnés par les connaissances des jeunes et leurs capacités à analyser la situation en profondeur et à faire des liens avec leurs propres expériences. Les jeunes avaient également des compétences excellentes en facilitation et ont su engager les participants. Certains intervenants ont dit avoir été inspirés par les idées amenées par les facilitateurs, et que les discussions les ont fait réfléchir à leur travail et au besoin d’être plus conscients des enjeux touchant les jeunes immigrants.

 

Théâtre des opprimés

Cet atelier artistique avait pour objectif de stimuler la créativité en invitant les participants à partager, écouter les points de vue et les idées d’autres personnes, et surtout, à utiliser l’atelier pour partager leurs histoires par le biais du théâtre. Les facilitateurs avaient une bonne maîtrise du sujet en question, et ont assuré un atelier interactif en prônant la participation des jeunes. Les jeunes ont été satisfaits de cet atelier, qui les a aidés à développer plus de connaissances.

 

Créer des ponts entre les jeunes autochtones et les jeunes nouveaux arrivants

Lors d’une conversation stimulante, les jeunes nouveaux arrivants et réfugiés ont échangé sur le thème de la discrimination contre les peuples autochtones et la responsabilité qu’ont les jeunes immigrants à apprendre au sujet des peuples autochtones dans leur région. C’était une opportunité pour que les jeunes autochtones et les jeunes nouveaux arrivants puissent avoir une discussion stimulante pour comprendre la complexité des enjeux qui les concernent et renforcer la solidarité entre eux.

 

2) Entretiens pour déclencher le changement et conférenciers 

Bana and Rustom

Bana et Rustom ont parlé de leurs expériences dans des camps de réfugiés au Soudan. Leurs histoires ont évoqué beaucoup d’émotions liées à la marginalisation et à l’oppression vécues par les réfugiés dans les camps de réfugiés.

Saa Andrew

Lors d’une allocution émouvante, Saa Andrew, artiste, intervenant et organisateur, a parlé de ses expériences et de ses perspectives personnelles. Il a évoqué les façons d’utiliser différentes formes  d’art pour changer la société et les communautés où nous vivons.

Emmanuel Jal

L’atelier d’Emmanuel Jal était parmi les plus sensationnels de la conference. Les jeunes ont eu l’opportunité de rencontrer ce réfugié du Sud-Soudan et d’écouter sa présentation. Ses expériences, ses luttes et sa persévérance ont inspirés les jeunes à avoir du courage, de la force, et à travailler fort.

 

3) Travailler à créer une structure

Discussions sur la responsabilité et le leadership: évolution vers une structure

Depuis quelques temps, nous parlons de créer une structure organisationnelle pour le réseau. C’est un défi de taille de créer une structure non-hiérarchique pour un groupe qui se rencontre en personne seulement une fois par année. Nous avons eu le privilège d’entendre parler des expériences de groupes qui sont passés par un processus similaires, particulièrement
l’ «Action Team » des basses-terres de la Colombie-Britannique.

 

Conclusion – nous nous sommes amusés – et nous renforçons notre communauté !

La santé concerne la communauté, la santé concerne la famille

Nous nous sentons souvent comme une famille dans le Réseau des jeunes, et il est très important pour nous de nous réunir. L’une des aspects les plus extraordinaires du Réseau des jeunes est l’énergie qu’il y a : l’excitation, le rire, le chant et bien sûr la danse.

Bien que nous habitons loin les uns des autres, nous ressentons un vrai sentiment de communauté parce que pour d'autres personnes au Canada, nous enjeux leur  tiennent à cœur et elles travaillent très fort à avancer les droits des réfugiés et des immigrants. Cela nous rappelle que le travail que nous réalisons est précieux, même si nous faisons face à beaucoup d’obstacles. Pour plusieurs de nous, le réseau représente une source de force, de support et de résilience. Nous pouvons conter les uns sur les autres, ce qui nous permet de travailler ensemble et d’être solidaires.