Les délais de traitement pour le regroupement familial ont atteint des longueurs absurdes

Version imprimable

17 juin 2021

Les délais de traitement pour le regroupement familial ont atteint des longueurs absurdes

Le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR) plaide depuis longtemps en faveur d'une réunification rapide des familles de réfugiés et d’une transparence de la par du gouvernement au sujet des délais de traitement. Récemment, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a admis à une journaliste que les délais de traitement pour les membres de la famille qui attendent de rejoindre un-e réfugié-e au Canada ont maintenant dépassé la barre des trois ans - 39 mois1. Cette révélation choquante ne fait que confirmer l'urgente nécessité pour le gouvernement de réduire considérablement les délais d'attente.

39 mois.

Selon les délais de traitement publiés, les personnes acceptées sous statut de réfugié au Canada peuvent s'attendre à attendre 23 mois pour obtenir leur résidence permanente - ce n'est qu'après que les membres de leur famille à l'étranger pourront finaliser le traitement de leur demande et se rendre au Canada. En d'autres termes, le délai de traitement de 39 mois nous indique qu'après avoir attendu près de deux ans pour que la personne réfugiée au Canada obtienne sa résidence permanente, les membres de sa famille doivent attendre encore un an et demi pour être réunis.

Plus de 21 000 personnes.

C’est le nombre de membre de famille d’une personne réfugiée qui attendent leur résidence permanente. Ces délais d’attente absurdes touchent de façon disproportionnée les personnes noires, étant donné que beaucoup de personnes réfugiées sont racialisées, dont une grande majorité en Afrique. Si “Les vies des personnes noires comptent” pour le gouvernement, il doit agir pour réunir les enfants afriains avec leurs parents au Canada, sans les forcer à attendre plus de trois ans et demi.

Estelle*, mère sénégalaise de trois enfants qui attendent d’être réuni-e-s avec leurs parents, dit :

« Je suis loin de mes 2 filles depuis le 18 mai 2017 pour des raisons de protection. Je me devais de quitter mon pays d’origine car ma vie était à risque et c'est donc ainsi que j’ai laissé mes enfants. C’est juste impensable de vivre ce que mes enfants et moi vivons et j’espère qu'après mon cas il n’y aura plus jamais ce retard de traitement des dossiers de maman et leurs enfants. »2

La pandémie a bien évidemment causé des délais dans le traitement des dossiers à travers toutes les catégories d’immigration. Cependant, les longs délais de traitement, étaient présents bien avant la pandémie. Il y a une opportunité de remédier à l’accumulation des dossiers et d’accélérer la réunification familiale des réfugiés pour protéger et s’assurer du bien être des ces personnes. Parmi les obligations du Canada à l’égard des réfugiés, il y a la nécessité d’assurer la rapidité de la réunification familiale. Le CCR en appelle au gouvernement de passer de la parole aux actes !

*Tous les noms ont été changés pour protéger l’identité des personnes


  1. Le Devoir, Des milliers de réfugiés reçus au Canada doivent vivre plus de trois ans sans leurs enfants, Lisa-Marie Gervais, 17 mai 2021. Le délai de traitement des 39 mois est pour les dossiers finalisés entre avril 2020 et mars 2021.
  2. Pour lire plus à propos d’Estelle et des autres personnes réfugiées séparées de leurs familles, visiter https://ccrweb.ca/fr/enfants-separes-en-attente-reunification-familiale