Ces moments déterminent notre humanité. Ne repoussons pas les réfugiés et les migrants vulnérables

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés
Communiqué

Pour diffusion immédiate
Le 23 mars 2020

Ces moments déterminent notre humanité. Ne repoussons pas les réfugiés et les migrants vulnérables

Alors que les frontières du monde se ferment en réponse à la pandémie de COVID-19, le Conseil canadien pour les réfugiés exhorte tout un chacun à rester ouvert aux personnes en situation précaire au Canada et à travers le monde, y compris les réfugiés et les migrants vulnérables. Bien que nous devions garder une distance physique les uns par rapport aux autres, en prenant soin de chacun, nous nous sentirons plus proche et nous nous sentirons tous plus en sécurité.

Pendant cette pandémie, comme à d'autres moments, nous devons respecter nos engagements envers les droits des réfugiés, y compris notre obligation juridique fondamentale de ne pas refouler les réfugiés à nos frontières. Nous sommes choqués et profondément déçus du fait que le gouvernement du Canada abandonne l'état de droit en refoulant les demandeurs d'asile à la frontière avec les É.-U. Les personnes ainsi refoulées seront presque certainement détenues aux États-Unis, dans des conditions déjà épouvantables et encore plus dangereuses dans le contexte d'une pandémie. Avec l'augmentation des restrictions de voyage, moins de personnes se présentent pour demander l'asile : le Canada a la capacité de les admettre conformément à la loi, tout en s'assurant qu'elles s'isolent comme l'exigent les autorités de santé publique.

L’interruption des déplacements internationaux a arrêté toute réinstallation des réfugiés. Bien qu’inévitable dans le contexte actuel, ceci est particulièrement difficile à vivre pour toutes les personnes qui étaient sur le point de commencer une nouvelle vie au Canada, notamment certaines qui étaient déjà en chemin et qui ont dû être renvoyées dans un endroit où elles n’ont plus de place pour vivre. De la même manière, il y a des familles qui étaient sur le point d’être réunifiées et qui doivent continuer à rester séparées. Nous attendons avec impatience l’annonce des autorités de santé publique qui nous informe que c’est sans danger de reprendre les activités habituelles.

De plus, le droit des personnes à la liberté est compromis en tout temps par la détention à des fins d’immigration, ceci est encore plus vrai maintenant étant donné les risques pour la santé des personnes incarcérées auxquels s’ajoute un stress additionnel du fait d’être enfermé en temps de crise. Le CCR demande au gouvernement de libérer immédiatement les personnes détenues ne présentant pas un danger pour le public. Le fondement pour la détention n’est, en tout état de cause, pas justifié dans la plupart des cas, étant donné que les procédures d’immigration ne sont pas en mesure d’être appliquées à l’heure actuelle.

De nombreuses personnes résidant au Canada sans statut permanent sont extrêmement angoissées des impacts causés par la fermeture des frontières et des services. Les personnes au Canada avec des permis de travail arrivant à échéance ou avec des visas temporaires craignent de se retrouver dans un vide juridique et beaucoup ont des questions concernant leur statut avec peu de possibilités d’obtenir des réponses et avec toutes les audiences concernant le statut de réfugié reportées. Les travailleurs migrants qui sont au Canada sans statut en raison de pratiques de recrutement frauduleuses et qui se retrouvent dans des situations d’exploitation ou de traite sont particulièrement vulnérables.

Nous invitons tous les ordres du Gouvernement à fournir les services nécessaires, incluant l’accès aux tests et aux services de santé, de même que le soutien au revenu, indépendamment du statut, en considération des impacts de la crise actuelle.

Il s’agit d’une pandémie globale impactant le monde entier et en particulier les plus vulnérables. Ces moments nous définissent en tant qu’humains. Il nous faut relever ce défi et travailler à s’assurer qu’il n’y a pas de place au racisme, à la discrimination et aux accusations haineuses.

Enfin, le Conseil canadien pour les réfugiés tient à saluer les efforts extraordinaires déployés par les gens à travers tout le pays et à travers le monde qui travaillent sans répit et qui assurent courageusement la sécurité de tous et de toutes, dont ceux et celles venant en aide aux réfugiés et aux immigrants, qu’ils travaillent pour nos organismes membres, le gouvernement ou à d’autres titres.

-30-

Contact:

Aude Lecouturier, Coordinatrice des communications, Conseil canadien pour les réfugiés, media@ccrweb.ca