Le CCR appelle le gouvernement à renforcer la protection des personnes ayant subi la traite et des travailleurs migrants à risque.

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés
Communiqué

Pour diffusion immédiate
Le 19 février 2020

Le CCR appelle le gouvernement à renforcer la protection des personnes ayant subi la traite et des travailleurs migrants à risque.

À la veille de la Journée ontarienne de sensibilisation à la traite des personnes, le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR) demande de nouveau au gouvernement fédéral de prendre des actions pour protéger les non-citoyens au Canada qui ont subi la traite.

Le Canada doit modifier ses lois pour offrir une protection réelle aux personnes qui ont subi la traite et doit reconnaitre que la traite peut prendre des formes diverses. Des recours plus efficaces, basés sur les droits humains, sont essentiels pour que les personnes ayant subi la traite obtiennent justice.

« Les politiques canadiennes n’offrent pas une protection adéquate pour les personnes ayant subi l’horreur de la traite, » à déclaré la Présidente du CCR Dorota Blumczynska. « Les survivant-e-s doivent naviguer un système imparfait juste pour obtenir une protection temporaire au Canada, et les chances d’obtenir un statut permanent sont faibles. Nous avons besoin de changements dans la réglementation pour s’assurer que les droits des personnes ayant subi la traite sont pleinement respectés. »

Les personnes qui ont subi la traite humaine luttent trop souvent pour recevoir les services dont ils ont besoin. La nouvelle Stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes 2019-2024 offre une occasion de mettre en place une approche globale et intégrée à la traite des personnes dans tout le Canada.

Le travail forcé se produit au quotidien au Canada mais trop souvent il n’est pas reconnu car le gouvernement et les tribunaux sont réticents à reconnaitre que des individus sont trompés et contraints dans des situations de traite pour des fins de travail.

La récente expérience de plus de 60 travailleurs et travailleuses migrant-e-s piégé-e-s dans un réseau d’exploitation à Wasaga∕Barrie illustre l’ampleur du problème. L’Ontario a le plus grand nombre de cas rapportés de traite des personnes au Canada. Le 21 février, le CCR sera à Windsor, Ontario, pour un Forum international sur la traite des migrants qui vise à sensibiliser à l’exploitation qui a lieu dans nos communautés.

Le CCR invite d’autres organismes à demander au gouvernement fédéral d’adopter une approche holistique de la traite des êtres des personnes qui s’attaque aux causes profondes, protège les droits, offre un statut permanent et un accès à la justice et aux services.

-30-

Lisez (en anglais) les cinq revendications politiques principales et la stratégie contre la traite du Conseil canadien pour les réfugiés : ccrweb.ca/en/anti-trafficking-advocacy

Contact:

Aude Lecouturier, Coordinatrice des communications, Conseil canadien pour les réfugiés, 514-277-7223, poste.1, 514-602-2098 (cell), media@ccrweb.ca