Réunissons les familles réfugiées cette Journée des droits des réfugiés

Version imprimableEnvoyer par courriel

4 avril 2017

Réunissons les familles réfugiées cette Journée des droits des réfugiés

Cette Journée des droits des réfugiés, le Conseil canadien pour les réfugiés souligne que les réfugiés ont besoin d’un accès égal à la réunification familiale.

En décembre 2016, le gouvernement a annoncé le traitement plus rapide des demandes de parrainage d’un époux dans la catégorie du regroupement familial. Cependant, aucune mesure visant la réunification familiale des réfugiés (membres de la famille à l’étranger des réfugiés reconnus au Canada, et membres de la famille des réfugiés réinstallés ‑ délai prescrit d’un an). Or, les délais de traitement pour ces catégories sont beaucoup plus longs que ceux de la catégorie du regroupement familial.

Le système d'immigration au Canada traite les familles de façon inéquitable :

  • Par catégorie d'immigration : plus lent pour les réfugiés et les aides familiales.
  • Par région : plus lent en Afrique et dans certaines autres régions.
  • Par la loi : La règle des membres de la famille exclus (R. 117(9)(d)).

La séparation familiale a un effet dévastateur sur la santé mentale et entrave la capacité des réfugiés et des autres nouveaux arrivants de s'intégrer au Canada. Les familles des réfugiés sont souvent elles-mêmes à risque chez elles des violations de leurs droits fondamentaux, ou bien se trouvent dans une situation précaire dans un autre pays.

La séparation familiale entraine également des pertes d'opportunités économiques ‑ pour les familles touchées et pour le Canada dans son ensemble.

À titre d’exemple, les enfants de réfugiés réinstallés au Canada en avril 2014 sont enfin sur le point de rejoindre leurs parents ce mois-ci, trois ans plus tard! Pendant que le Canada traitait leurs demandes, ces enfants vivaient seuls à Addis-Abeba, soutenus par des fonds envoyés chaque mois par leur père.

Le Conseil canadien pour les réfugiés demande :

  • Une réunification plus rapide des familles des réfugiés et des aides familiales.
  • Des données publiques concernant le traitement par région et par catégorie
  • L'élimination de la règle des membres de la famille exclus.

Pour de plus amples informations : ccrweb.ca/fr/reunification-familiale

Au sujet de la Journée des droits des réfugiés :

Le 4 avril on fête la Journée des droits des réfugiés, car c’est l’anniversaire de l’arrêt Singh de la Cour suprême, rendu en 1985. Dans cette décision, la Cour suprême a conclu que la Charte canadienne des droits et libertés protège les droits fondamentaux des réfugiés. La Cour suprême a décidé que les demandeurs d’asile font partie du terme « chacun » dans la phrase : “Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale.”