Trois recommandations pour protéger les réfugiés et rendre notre société meilleure

Version imprimableEnvoyer par courriel
Communiqué
Pour diffusion immédiate
 
 
Trois recommandations pour protéger les réfugiés et rendre notre société meilleure

Le 28 mars 2018 - À l’occasion de la Journée des droits des réfugiés (le 4 avril), le Conseil canadien pour les réfugiés exhorte le gouvernement à réinstaller plus de réfugiés, à accélérer le traitement des demandes des réfugiés parrainés et à assurer un traitement équitable des demandeurs d’asile.

« Les réfugiés sont des gens qui fuient pour sauver leur vie et le Canada doit en faire plus pour leur offrir un refuge sûr », a déclaré Claire Roque, présidente du CCR. « Ouvrir nos portes n’est pas seulement la bonne chose à faire ­­mais cela présente des avantages pour nous tous, car les personnes qui viennent en tant que réfugiés contribuent à notre société de nombreuses façons. L’histoire nous montre que notre société est plus forte quand nous accueillons les réfugiés. »

Le ou autour du 4 avril, des membres du CCR à travers le pays rendront visite aux députés fédéraux afin de présenter des recommandations clés de :

  • Réinstaller 20 000 réfugiés pris en charge par le gouvernement, et ce, par année;
  • Garantir que les demandes des réfugiés parrainés par le secteur privé soient traitées à l’intérieur d’une période de 12 mois;
  • Réformer le système de détermination du statut de réfugié afin que tous les demandeurs aient accès à une audience équitable devant un tribunal expert et indépendant (la Commission de l’immigration et du statut de réfugié).

Pour de plus amples informations : ccrweb.ca/fr/societe-plus-forte-revendications

 

 

 

Au sujet de la Journée des droits des réfugiés :

Le 4 avril, on fête la Journée des droits des réfugiés, car c’est l’anniversaire de l’arrêt Singh de la Cour suprême, rendu en 1985. Dans cette décision, la Cour suprême a conclu que la Charte canadienne des droits et libertés protège les droits fondamentaux des réfugiés. La Cour suprême a décidé que les demandeurs d’asile font partie du terme « chacun » dans la phrase : “Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale.”