De nouvelles restrictions briseront des familles

Version imprimable

Communiqué

Pour diffusion immédiate

De nouvelles restrictions briseront des familles

Le 30 juillet 2014 - Le Conseil canadien pour les réfugiés a exprimé aujourd’hui sa déception devant le resserrement de la définition d’enfant à charge, dans les règles d’immigration en vigueur à partir du 1er août. La limite d’âge passera de 21 à 18 ans, et l’exception s’appliquant aux étudiants à temps plein sera éliminée.

 « Des familles de nouveaux arrivants seront brisées, et de jeunes adultes seront abandonnés », a déclaré Loly Rico, présidente. « Je me demande combien de parents canadiens considèreraient leurs enfants âgés de 19 ou 20 ans assez âgés pour prendre soin d’eux-mêmes et ne plus être un membre de la famille. Dans le cas des enfants de réfugiés, les nouvelles règles signifient non seulement qu’ils seront séparés de leur famille, mais également qu’ils devront demeurer dans une situation dangereuse. »

Parmi les préoccupations principales :

  • Les enfants célibataires âgés de 19, 20 ou 21 ans font partie intégrante de l’unité familiale et ont besoin du soutien de leurs parents.
  • Dans plusieurs sociétés, les jeunes femmes célibataires ne peuvent vivre seules en sécurité.
  • Les réfugiés ont dû fuir le danger et subissent de multiples pertes et perturbations. Leurs enfants qui sont de jeunes adultes seraient exposés à des risques s’ils sont laissés de côté, et la séparation créerait des difficultés pour toute la famille.

La décision de laisser tomber les enfants qui sont de jeunes adultes est basée sur l’idée que les personnes à charge qui arrivent au Canada à un plus jeune âge ont à long terme un revenu supérieur à celui des personnes un peu plus âgées. Le CCR remet en cause l’accent mis par le gouvernement sur les facteurs économiques : le programme d’immigration du Canada vise également à protéger les réfugiés et à réunir les familles. Les réfugiés et les immigrants apportent des contributions bien plus qu’économiques. La séparation des familles implique aussi des coûts économiques, qui n’ont pas été évalués par le gouvernement.

Le CCR accueille favorablement l’introduction, dans la version définitive du règlement, des « dates déterminantes » prévues pour les personnes entreprenant un processus d’immigration comportant plusieurs étapes. Ainsi, les réfugiés qui attendent des années avant que leur demande de réinstallation ne soit traitée à l’étranger, ou avant que leur demande d’asile au Canada ne soit décidée, ne seront pas séparés de leur enfant qui fête ses 19 ans au cours de la longue attente. (Le CCR a préparé un tableau pour expliquer les conséquences de la date déterminante).

Les observations du CCR  sur la version initiale des changements proposés sont disponibles (en anglais) à http://ccrweb.ca/sites/ccrweb.ca/files/family-changes-comments-age-dependency-jun-13.pdf

- 30 -

Contact:

Janet Dench, 514-277-7223, poste 2,  jdench@ccrweb.ca