Demandes d'action provenant de la Consultation du printemps 2011 du CCR

Passez à l'action
Version imprimable

À la Consultation du printemps 2011 du CCR (26-28 mai 2011) les groupes de travail ont recommandé aux membres du CCR les actions suivantes concernant des questions d'actualité.

 

Immigration et établissement

  • Faire de la sensibilisation au sujet de la double pénalité (des outils et des ressources seront disponibles sur le site web du Réseau des jeunes – ccrweb.ca/jeunes)
  • Contacter des organismes de femmes et des organismes féministes pour les encourager à s’opposer à la proposition de résidence permanente conditionnelle. (OCASI se porte volontaire pour l’Ontario)

Protection au Canada

  • Accroître la visibilité des questions liées à l’apatridie (voir L’apatridie et le Canada: Une introduction, http://ccrweb.ca/sites/ccrweb.ca/files/statelessnessprimerfr.pdf. De concert avec le CCR, demander au Canada de signer la Convention relative au statut des apatrides de 1954 afin de souligner le 60e anniversaire de la Convention relative au statut des réfugiés).
  • Adhérer à la campagne du CCR visant la réunification familiale rapide des enfants (http://ccrweb.ca/fr/reunification-familiale).
  • Agir pour trouver des solutions à la déportation des jeunes non-citoyens pour des motifs de criminalité :
    • Militer pour que les agences de protection de la jeunesse s’assurent que les enfants et les jeunes non citoyens dont ils s’occupent aient accès à la citoyenneté canadienne;
    • Faire des campagnes de promotion de la citoyenneté;
    • Sensibiliser les avocats en droit criminel des conséquences en matière d’immigration de sentences criminelles pour des non-citoyens;
    • Promouvoir des programmes de déjudiciarisation au lieu de la déportation pour les jeunes qui commettent des crimes.

Protection outremer et parrainage

  • Signer et promouvoir cette déclaration concernant les réfugiés africains

Malheureusement, le traitement des dossiers de réfugiés par le Canada est trop lent dans de nombreuses régions du monde, mais il est le plus lent en Afrique.

Le traitement est particulièrement lent dans les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale qui sont couverts par le bureau canadien des visas de Nairobi.

Les longs retards à Nairobi font que des réfugiés vulnérables se retrouvent plus longtemps dans des situations dangereuses qu’ailleurs dans le monde.

Nous demandons au gouvernement canadien de faire davantage pour répondre à la situation des réfugiés africains, qui sont actuellement négligés par le programme d’immigration du Canada.

Nous demandons au gouvernement canadien d’assurer un traitement équitable des réfugiés africains et de leurs familles en :

  • Réinstallant un plus grand nombre de réfugiés, par le biais tant du parrainage privé que du parrainage par le gouvernement, et en accélérant de manière significative le traitement des demandes au bureau des visas de Nairobi.
  • Accélérant significativement la réunification familiale des réfugiés au bureau des visas de Nairobi.

 

Pour encourager les organismes à signer la déclaration, consulter les documents d’information suivants:

Les organismes qui souhaitent signer la déclaration doivent envoyer un courriel à nairobi@ccrweb.ca.  Ils peuvent ensuite faire un suivi en:

  • Écrivant au ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration et aux députés locaux
  • Diffusant la déclaration (par exemple, sur leur site web, dans leur bulletin, dans un communiqué de presse)

S’ils le préfèrent, les organismes peuvent faire leur propre version de la déclaration (et faire le suivi suggéré ci-dessus).

Tous les organismes sont encouragés à tout faire en leur pouvoir pour sensibiliser le grand public aux retards injustifiés dans les bureaux de visas à l’étranger, notamment à Nairobi.