Le Canada doit répondre à la crise des réfugiés syriens

Version imprimableEnvoyer par courriel

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Le Canada doit répondre à la crise des réfugiés syriens

Le 9 juillet 2014 - Le Conseil canadien pour les réfugiés s’est exprimé aujourd’hui en faveur d’une réponse importante de la part du Canada à l’appel d'engagement du HCR  pour offrir 100 000 places à des réfugiés syriens au cours des prochains deux ans (2015-2016). Le CCR demande au gouvernement de concentrer son engagement sur les réfugiés pris en charge par le gouvernement, et d’introduire des mesures destinées aux Syriens ayant de la famille au Canada.

« En tant que Canadiens, nous sommes fiers de notre tradition d’accueil à l’égard des réfugiés », affirme Loly Rico, présidente du CCR. « Nous sommes heureux de savoir que le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration se prépare à ouvrir les portes aux réfugiés syriens, comme le Canada a ouvert ses portes lors des nombreuses crises précédentes. »

Avec près de 3 millions de Syriens déplacés en tant que réfugiés, il est urgent que le Canada contribue activement à la cause par la réinstallation de ces réfugiés, en complément à l’importante aide humanitaire qu’il offre déjà. Le Canada est fier de sa tradition de prendre un dixième des réfugiés réinstallés dans le monde entier. Considérant que le HCR demande 100 000 places, ceci signifierait un engagement de la part du Canada d’offrir 10 000 places sur deux ans. Un engagement public important annoncé par le Canada servira d’inspiration à d’autres pays.

Le CCR demande au gouvernement de s’engager à ce que la plupart, sinon la totalité des places prévues pour les Syriens soient supplémentaires aux objectifs réguliers de réfugiés réinstallés, tel que demandé par le HCR. L’engagement de réinstaller les réfugiés syriens ne doit pas se faire au détriment des autres réfugiés qui ont besoin de protection et d’un foyer permanent. Une importante réponse aux réfugiés syriens permettrait au gouvernement de respecter et même de dépasser son engagement pris en 2011 d’augmenter de 20% le nombre de réfugiés réinstallés. L’ajout de 5 000 places par an pour les réfugiés nous ramènera au niveau de réfugiés réinstallés par le gouvernement dans les années 1980.

Le CCR demande également des mesures particulières destinées aux Syriens qui ont de la famille au Canada. L’incapacité de venir en aide aux membres de leur famille cause de grandes angoisses à de nombreux Canadiens d’origine syrienne. Nous insistons encore sur la mise en place de dispositions souples afin de permettre aux membres de familles de citoyens canadiens, de résidents permanents et de réfugiés acceptés de venir au Canada. Des permis de séjour temporaire, avec la possibilité d’obtenir la résidence permanente plus tard, permettraient d’intervenir auprès des personnes qui sont encore en Syrie et qui ne peuvent donc pas bénéficier du programme de réinstallation du gouvernement.

Il est à noter que l’Allemagne, qui s’est déjà engagée à accueillir 20 000 Syriens, a de plus instauré des programmes destinés aux Syriens qui ont de la famille en Allemagne.

Le CCR recommande qu’aucun engagement ne soit fait au nom des répondants privés, sans qu’ils aient clairement indiqué qu’ils ont la volonté et la capacité de le faire. Plusieurs groupes de parrainage veulent participer à l’effort, mais font face à des problèmes de capacité et à des obstacles importants. Ces obstacles incluent les répercussions dues aux compressions dans le Programme fédéral de santé intérimaire, qui signifient que les groupes de parrainage pourraient se retrouver à devoir régler des frais importants non anticipés.

Pour plus d’informations:

Répondre à la crise des réfugiés syriens : Document d'information

- 30 -

 

Contact :

Colleen French, coordinatrice de la communication, (514) 277-7223, poste 1, (514) 476-3971 (cellulaire), cfrench@ccrweb.ca