Réfugiés syriens: la discrimination fondée sur la religion est inacceptable

Version imprimable

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Réfugiés syriens : la discrimination fondée sur la religion est inacceptable

Le 12 décembre 2014 - Le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR) a réagi avec consternation aux nouvelles selon lesquelles le gouvernement canadien envisagerait de limiter son engagement à réinstaller les réfugiés syriens à des minorités religieuses.

« Si c’est vrai, ce serait scandaleux » a déclaré Loly Rico, présidente. « Il est totalement inacceptable et même irresponsable d’exclure des réfugiés en fonction de leur religion. Une telle pratique va à l’encontre des principes fondamentaux de la protection des réfugiés. Les réfugiés doivent être sélectionnés pour la réinstallation en fonction du besoin. »

La première clause dans le préambule de la Convention relative au statut des réfugiés souligne le principe « que les êtres humains, sans discrimination, doivent jouir des droits de l’homme et des libertés fondamentales ».

Le CCR continue d’appeler le Canada à s’engager à réinstaller un nombre important de réfugiés syriens, financés par le gouvernement, et d’introduire des mesures destinées aux Syriens ayant de la famille au Canada. Les réfugiés doivent être sélectionnés en vue de la réinstallation en fonction du besoin, sans discrimination fondée sur la religion.

Les Canadiens d’origine syrienne ont des membres de la famille qui ont été déplacés par le conflit, quelle que soit leur religion. Le fait de limiter la réinstallation aux minorités religieuses enverrait le message  aux Canadiens musulmans que les membres de leur famille ne sont pas dignes de protection.

- 30 -

Contact :

Colleen French, coordinatrice de la communication, Conseil canadien pour les réfugiés, (514) 277-7223, poste 1, (514) 602-2098 (cellulaire), cfrench@ccrweb.ca


Voir également la Déclaration interreligieuse concernant les réfugiés syriens