Le CCR accueille favorablement les niveaux d’immigration pluriannuels, mais juge l’engagement du gouvernement insuffisant envers les réfugiés

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés
Communiqué
 

Pour diffusion immédiate

Le CCR accueille favorablement les niveaux d’immigration pluriannuels, mais juge l’engagement du gouvernement insuffisant envers les réfugiés

2 novembre 2017 - Le Conseil canadien pour les réfugiés a salué l’annonce du gouvernement de niveaux pluriannuels, qui incluent une augmentation graduelle des niveaux globaux d’immigration. En revanche, les niveaux pour les réfugiés, en particulier pour les réfugiés pris en charge par le gouvernement et pour les demandeurs d’asile acceptés, sont nettement inférieurs à ce que le Canada peut et devrait faire.

« Nous sommes très déçus de constater qu’en 2018 le nombre de réfugiés pris en charge par le gouvernement ne dépasse pas le niveau actuel décevant de 7 500 et n’atteint que 10 000 en 2020 », a déclaré Loly Rico, présidente du CCR. « Nous nous félicitons de l’augmentation du nombre de réfugiés parrainés par le secteur privé, afin de combler l’arriéré et d’ouvrir la porte à des efforts supplémentaires en faveur des réfugiés, de la part de la société civile. Mais l’engagement du Canada envers les réfugiés ne doit pas être privatisé : le gouvernement doit réinstaller un plus grand nombre de réfugiés que ne le font les citoyens. Nous sommes très préoccupés de voir que le gouvernement propose de ne réinstaller que la moitié du nombre de réfugiés parrainés par le secteur privé, d’autant plus que les réfugiés pris en charge par le gouvernement sont ceux que le HCR considère comme les plus vulnérables. »

Le CCR est également très préoccupé par la très faible augmentation des niveaux prévus pour l’octroi de la résidence permanente aux demandeurs du statut de réfugié acceptés et aux membres de leur famille à l’étranger. Compte tenu de l’augmentation du nombre de demandeurs au cours des derniers mois, l’insuffisance de places signifie que des réfugiés acceptés pourraient faire face à de longs délais avant de pouvoir devenir résidents permanents et de se réunir avec leur famille immédiate à l’étranger.

Bien que l’augmentation globale des niveaux soit la bienvenue, le CCR souhaite voir des cibles encore plus élevées. Le CCR demande des niveaux d’au moins 1% de la population par an (c’est-à-dire au moins 360 000).

Pour que le Canada profite pleinement de nombreuses contributions que les nouveaux arrivants peuvent apporter, le soutien à l’intégration est essentiel, y compris les services d’établissement. Le CCR réclame au gouvernement de donner accès aux services d’établissement fédéraux aux demandeurs du statut de réfugié et aux travailleurs étrangers temporaires, qui sont parmi les plus vulnérables. La plupart des demandeurs d’asile sont acceptés et s’établissent au Canada, mais le manque d’accès aux services d’établissement dans les premiers jours les plus importants de leur vie au Canada rend leur intégration difficile. 

- 30 -

 

Contact :

Colleen French, coordinatrice de la communication, 514-277-7223, poste 1, 514-602-2098 (cel), media@ccrweb.ca