Pour la réunification familiale d'Entrée express

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le temps est venu de lancer un programme d'entrée express pour réunir les familles et de s'engager à réunir les enfants avec leurs parents dans un délai de six mois ou moins.

Le traitement par le Canada des demandes de réunification familiale est extrêmement lent. De nombreux enfants doivent attendre plus de deux ans avant de pouvoir se réunir avec leur père ou leur mère au Canada. Pour les membres de famille des réfugiés, les délais de traitement à l'étranger sont de 31 mois.*

Le Canada peut et doit faire mieux.

Citoyenneté et Immigration Canada s’engage à traiter les immigrants futurs économiques dans le programme Entrée express en moins de 6 mois.

Selon le CCR, les enfants ont besoin d’être réunis avec leurs parents au moins aussi rapidement.

Lisez les histoires de certaines familles touchées : Entrée express pour réunir les familles

 

Délais de traitement: Entrée express 6 mois, enfants outremer 17 mois, familles des réfugiés 32 mois

Ahmed et Fatima (noms fictifs) sont séparés de leur mère depuis plus de six ans - incluant cinq ans d’attente pour le traitement de leur dossier d’immigration.

En 2009, alors que Ahmed avait huit ans et Fatima sept ans, leur mère, originaire de l’Érythrée, a été reconnue réfugiée  au Canada. Elle a déposé une demande de faire venir ses enfants - qui vivent sans statut juridique en Arabie saoudite. Ils vivent chez leur tante et ne peuvent pas aller à l’école.

Finalement, après près de quatre années d’attente, le bureau des visas a déclaré que des tests d’ADN étaient nécessaires afin de prouver le lien de parenté. En mars 2014, les tests d’ADN ont confirmé le lien. Plus de huit autres mois d’attente ont suivi.

Aujourd’hui, Ahmed et Fatima, maintenant âgés de 12 et 13 ans, sont sur le point de rejoindre leur mère au Canada.

 

Les enfants ont le droit d'être avec leur famille

2014 est le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant. En tant que signataire de cette Convention, le Canada a l'obligation juridique de traiter les demandes de réunification familiale "dans un esprit positif, avec humanité et diligence". Le Canada ne respecte pas cette obligation : les délais de traitement sont trop longs et deviennent de plus en plus longs.

 

Les délais de traitement sont de plus en plus longs pour les familles des réfugiés

Les délais de traitement pour les enfants à charge outremer augmentent de 13 mois (2009) à 17 mois (2013)

les délais moyens pour les membres de la famille sont rendus à 21 mois en 2013

Maran parle à sa famille

Maran est séparé de sa famille depuis sa fuite du Sri Lanka il y a plus de 5 ans. Il a fallu plus de 3 ans avant que le Canada l'ait reconnu comme un réfugié. Il a demandé d’être réuni avec sa femme et sa jeune fille en juillet 2013. On lui a dit plus tard que les tests d'ADN étaient nécessaires pour prouver le lien de parenté. En septembre 2014, les tests ADN confirment le lien.

La fille de Maran avait 5 ans la dernière fois qu’il l’a vue. Elle a maintenant 10 ans.

Maran craint que sa les mêmes persécuteurs qui le ciblaient menacent également sa famille.

Le délai de traitement des dossiers de regroupement familial des réfugiés se trouvant en Asie est de 28 mois.

 

Teklay doit être réuni avec son père

Hagos (nom fictif) attend depuis près de deux ans déjà d’être réuni avec sa femme et son jeune fils, Teklay, laissés derrière en Éthiopie. Hagos est arrivé au Canada en 2011 et a été rapidement reconnu réfugié. Il a demandé la résidence permanente depuis 2012. En février 2013 on lui informe que sa femme et son fils pouvaient commencer le processus : ils ont donc envoyé leur demande dès ce mois au bureau des visas à Nairobi.

Depuis ce temps, rien ne bouge à Nairobi, même si Hagos lui-même est devenu résident permanent en mai 2013. Quand Hagos ou sa femme cherche des informations on leur répond que le dossier est en attente d’examen.

Teklay avait moins d’un an lorsque son père, Hagos, a dû fuir. Il a maintenant quatre ans. Il ne comprend pas pourquoi il ne peut pas être près de son père. Il parle à Hagos via l’internet et lui demande « quand vas-tu sortir de l’ordinateur? » Il demande à sa mère pourquoi les autres enfants ont un père qui va les chercher à la maternelle, mais pas lui.

“Je crois que le but de l’examen du dossier est d’établir le lien de parenté et de faire les vérifications des antécédents. Mais est-ce vraiment nécessaire de mettre des années à le faire?” - Hagos

La plupart des membres des familles des réfugiés qui attendent de venir au Canada se trouvent en Afrique ou au Moyen Orient.

Les délais de traitement sont également les plus longs dans la région de l'Afrique/Moyen Orient.


* Citoyenneté et Immigration Canada exprime les délais de traitement en termes de 80% des cas finalisés au cours d’une période de 12 mois. Sauf indication contraire, les délais de traitement sont pour 2013.

Contient de l'information visée par la Licence du gouvernement ouvert – Canada.