Détérioration des conditions pour les travailleurs migrants au Canada

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés
Communiqué

Pour diffusion immédiate

Détérioration des conditions pour les travailleurs migrants au Canada

18 décembre 2012 - Aujourd’hui, Journée internationale des migrants, le Conseil canadien pour les réfugiés a exprimé sa préoccupation à propos d’une série de changements survenus au cours de l’année dernière qui réduisent les droits des travailleurs migrants. Ainsi, de nombreux travailleurs migrants au Canada sont moins bien lotis qu’ils ne l’étaient il y a un an.

« Les choses vont de mal en pis pour les plus de 100 000 travailleurs migrants ‘peu qualifiés’ au Canada », dit Loly Rico, présidente du CCR. « Le Conseil canadien pour les réfugiés est vivement préoccupé par rapport à l’approche du gouvernement face aux travailleurs migrants les qualifiant comme étant de la main-d’œuvre jetable, à court terme, ayant moins de droits et protections que les travailleurs canadiens. »

Les travailleurs migrants dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires sont vulnérables à l’exploitation en raison de leur statut temporaire et des restrictions rattachées à leurs permis de travail. Alors que la transition vers la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires « hautement qualifiés » est devenue plus rapide et plus souple, les migrants « peu qualifiés » n’ont toujours pas accès à la résidence permanente.

Changements préoccupants de l’année dernière :

  • En mars 2012, le gouvernement a annoncé que les travailleurs migrants pouvaient désormais être payés jusqu’à 15% de moins que les travailleurs canadiens pour effectuer le même travail.

  • À partir de juillet 2012, les travailleurs migrants qui déposent une demande par le biais du Programme des candidats des provinces doivent satisfaire aux exigences linguistiques minimales que les travailleurs « peu qualifiés » peuvent difficilement obtenir pendant le délai imparti. Pour la majorité des travailleurs migrants « peu qualifiés », ce changement ferme la seule porte à la résidence permanente qui leur était disponible.

  • Depuis le 6 décembre 2012, les travailleurs migrants verront leurs accès aux prestations d’assurance-emploi supprimés, malgré le fait que ces mêmes travailleurs et leurs employeurs contribuent jusqu’à 303 millions $ annuellement au régime d’assurance-emploi du Canada.

En novembre, la ministre de Ressources humaines et développement des compétences Diane Finley a annoncé que le gouvernement procéderait à l’examen du programme des travailleurs étrangers temporaires. Le CCR félicite cette initiative, mais plus de détails sont nécessaires au sujet de qui sera consulté et des critères de l’évaluation.

Le CCR effectue sa propre révision et évaluation de la performance de chacun des gouvernements provinciaux, ainsi que du gouvernement fédéral, sur la protection des droits des travailleurs migrants. Il est prévu que le rapport soit diffusé le 1er mai 2013 lors de la Journée internationale des travailleurs.

Contact :
Colleen French, Coordinatrice de la communication, cfrench@ccrweb.ca, 514-277-7223, poste 1, 514-476-3971 (cell)

Documents d'information :
Pour plus d’informations concernant la vulnérabilité face à l’exploitation, l’abus et même la traite des personnes des travailleurs migrants, voir Travailleurs migrants au Canada : main d'oeuvre bon marché, facilement abusée ccrweb.ca/files/travailleursmigrants4pages.pdf

ccrweb.ca/fr/travailleurs-migrants