Lors de la Journée internationale des travailleurs, les travailleurs et travailleuses migrant-e-s au Canada peuvent s'attendre à un traitement discriminatoire

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés 

Communiqué
 
Pour diffusion immédiate
 
Lors de la Journée internationale des travailleurs, les travailleurs et travailleuses migrant-e-s au Canada peuvent s'attendre à un traitement discriminatoire
 
Le 1er mai 2012 - À l’occasion de la Journée internationale des travailleurs, le Conseil canadien pour les réfugiés dénonce l’annonce récente de Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDSC) qui introduit une inégalité de salaire dans le Programme des travailleurs étrangers temporaires. RHDSC permettra aux employeurs d’amener des travailleurs étrangers temporaires plus rapidement au Canada, et de payer ces travailleurs jusqu'à 15% en dessous du salaire moyen versé aux travailleurs canadiens.
 
Ce changement signifie que les travailleurs étrangers temporaires ayant les mêmes compétences que les travailleurs canadiens seront régulièrement payés en dessous du salaire moyen pour faire le même travail. Le Conseil canadien pour les réfugiés estime que les Canadiens appuient les principes d'équité et d'égalité, et que les nouvelles règles violent ces valeurs. 
 
Il existe déjà de nombreux cas documentés d'abus et d'exploitation des travailleurs dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires. Les modifications annoncées officialiseront l’exploitation des travailleurs et créeront ainsi un précédent d’inégalité.
 
« Moins payer les travailleurs en raison de leur nationalité ou de leur statut temporaire, c’est discriminatoire et injuste. Ces nouvelles règles vont institutionnaliser l'exploitation, » a déclaré Wanda Yamamoto, présidente du CCR.
 
En plus des préoccupations liées à la discrimination, on se préoccupe du fait qu’offrir des salaires plus bas aux travailleurs étrangers les rendra plus compétitifs que les Canadiens, et ainsi baissera les salaires de tous les travailleurs.
 
« Cette initiative résultera non seulement en une société plus inégale, mais aussi en un nivellement des salaires par le bas qui nuira aussi aux travailleurs canadiens. Ce n'est pas ce que nous voulons pour les travailleurs canadiens, » a ajouté Mme Yamamoto.
 
La campagne du Conseil canadien pour les réfugiés pour les droits des travailleurs migrants a trois revendications centrales: la protection des droits des travailleurs, l'accès à la résidence permanente et l'accès aux services (y compris les services d'établissement). 
 
Contact :
 
Colleen French, Coordinatrice de la communication et du réseautage, 514-277-7223 poste 1, cfrench@ccrweb.ca