Un nouveau rapport souligne les impacts sévères des tests d’ADN

Version imprimable

Conseil canadien pour les réfugiés
Communiqué

Pour diffusion immédiate

Un nouveau rapport souligne les impacts sévères des tests d’ADN

 

Le 18 octobre 2011 - Le Conseil canadien pour les réfugiés a rendu public aujourd’hui un rapport, Les tests d’ADN : une entrave à la réunification familiale rapide.

Une demande de test d’ADN représente un important obstacle auquel certaines familles se trouvent confrontées, lorsqu’elles essaient de se réunir au Canada – cela arrive quand un fonctionnaire canadien ne croit pas que le lien familial a été prouvé adéquatement.

Les demandes de tests d’ADN causent d’importants préjudices à certaines familles, surtout à celles qui n’ont pas les moyens de les payer ou qui attendent la réunification depuis des années. Le plus troublant, ce sont les conséquences que cela engendre pour les enfants qui demeurent séparés de leurs parents.

Les tests d’ADN sont surtout demandés aux ressortissants d’Afrique, d’Asie et des Caraïbes. Les familles réfugiées sont aussi touchées de manière disproportionnée.

Le rapport examine, exemples à l’appui, les situations dans lesquelles le test d’ADN peut être exigé, ainsi que son impact sur les familles, à cause des longs délais et les dépenses. 

Dans son rapport, le CCR demande au gouvernement canadien de :

  • Revoir les pratiques actuelles relatives aux tests d’ADN, et d’examiner leurs répercussions sur les familles touchées.
  • Adopter des lignes directrices claires, élaborées de manière à s’assurer que les tests d’ADN ne soient qu’une mesure de dernier recours.

Le rapport se trouve à http://ccrweb.ca/fr/tests-adn

Contact :

Colleen French, coordinatrice de la communication, 514-277-7223 poste 1, 514-476-3971 (cellulaire), courriel : cfrench@ccrweb.ca