Accueillir les réfugiés à nos frontières

Version imprimableEnvoyer par courriel


9 mars 2017

Accueillir les réfugiés qui se présentent à nos frontières : un impératif moral et juridique

Le Conseil canadien pour les réfugiés demande instamment aux Canadiens de répondre positivement aux demandeurs d'asile qui se présentent à nos frontières en nombre croissant ces derniers mois. Nous avons l'occasion et l'obligation de protéger les personnes dont la vie est menacée et qui viennent chez nous dans l’espoir de trouver la sécurité. Seul un minuscule pourcentage des millions de réfugiés dans le monde se rendra au Canada; mais à ces personnes nous devons offrir un accueil chaleureux afin d’être à la hauteur de notre réputation comme terre d’asile.

Bien qu'il y ait eu une augmentation des demandes d’asile, les chiffres sont similaires à ce que le Canada a vu dans le passé. Après une période où le nombre de demandes était exceptionnellement bas, le Canada voit un retour aux taux plus traditionnels. Même dans l’éventualité d’une augmentation en 2017, nous sommes persuadés que les Canadiens sont capables de relever le défi, en tirant parti de l'expérience passée et de l'énergie positive associée à l’accueil des réfugiés syriens.

demandes d'asile 2000 - 2015

Nous devons répondre à cette situation parce que les demandeurs d'asile ont encore plus besoin de nous que les réfugiés réinstallés, y compris les 40 000 Syriens accueillis ces derniers mois. C'est parce que nous avons des obligations juridiques envers les demandeurs qui arrivent à nos frontières. En vertu du droit international et comme garanti par la Charte canadienne des droits et libertés, le Canada ne doit jamais refouler des réfugiés vers la persécution. C'est le principe central de la Convention relative aux réfugiés, qui a été soigneusement élaborée après la Seconde Guerre mondiale. Certaines personnes parlent à tort de demandeurs d’asile qui arriveraient « illégalement », mais ils revendiquent en fait leur droit légal de demander l'asile. C'est le Canada qui agirait illégalement s'il refusait aux demandeurs du statut de réfugié le droit d'être entendu, ou refoulait des réfugiés vers la persécution.

C’est tout à l’honneur du Canada lorsque nous protégeons des réfugiés additionnels grâce à la réinstallation, par laquelle nous sélectionnons des réfugiés d'un pays tiers. Cependant, notre responsabilité première et juridique demeure celle de protéger les réfugiés se trouvant à nos frontières ou sur notre territoire.

Tous les réfugiés méritent le même accueil, qu'ils soient réinstallés au Canada ou qu'ils se dirigent vers nos frontières à la recherche d'asile. Nous ne devons pas faire de distinction entre les êtres humains qui ont besoin de protection.

En raison de la situation géographique du Canada, nous recevons très peu de demandeurs d'asile par rapport à beaucoup d'autres pays. En 2015, l'Allemagne a reçu près de 900 000 demandeurs d'asile. Le Liban accueille un million de réfugiés syriens. Le HCR prévoit que le nombre de Burundais fuyant vers les pays voisins atteindra 500 000 en 2017. Dans ce contexte, le nombre de demandeurs d'asile au Canada semble très modeste (le chiffre annuel le plus élevé était inférieur à 45 000 en 2001).

demandes d'asile 2015 Allemagne et Canada

Le CCR félicite les nombreux organismes, collectivités et particuliers qui travaillent déjà pour assurer un accueil chaleureux aux demandeurs d’asile. Dans certaines collectivités, on se réunit pour planifier et coordonner la réponse. Des personnes impliquées dans le parrainage privé se mobilisent pour venir en aide aux demandeurs d’asile, tout comme des organismes d’établissement et religieux. Parmi les personnes qui ont répondu, mentionnons celles qui sont venues au Canada en tant que réfugiés.

Malheureusement, les efforts communautaires sont particulièrement nécessaires en raison du fait que le gouvernement fédéral ne finance pas les services d'établissement pour les demandeurs d'asile: le CCR exhorte le gouvernement à élargir l'admissibilité aux demandeurs d'asile.

Contact:

Colleen French, coordonatrice des communications, (514) 277-7223, poste 1, (514) 602-2098 (cell), media@ccrweb.ca