Résidence permamente conditionnel - plus compliquée que prévue

Version imprimableEnvoyer par courriel
Date: 
29 oct 2012

De nouvelles règles d'immigration signifient que certains conjoints parrainés auront pendant deux ans la « résidence permanente conditionnelle » - et seront exposés à l’expulsion s’ils ne vivent pas avec leur conjoint pendant deux années complètes.

Le changement vise à lutter contre la « fraude relative au mariage » – des personnes qui se marient afin d'obtenir la résidence permanente.

Mais la nouvelle règle suppose que le mariage est soit frauduleux, soit destiné au bonheur conjugal éternel.

La réalité est plus compliquée.

Prenez cette situation : une femme canadienne tombe en amour avec un non-Canadien. Il déménage au Canada pour être avec elle, quittant son emploi dans son pays d’origine. Après un an, ils se rendent compte que leur couple ne fonctionne pas. Mais que faire? Il a maintenant un travail et une vie ici – ce serait difficile pour lui de rentrer chez lui. Doit-elle accepter de vivre avec lui pendant une autre année, pour qu’il ne soit pas expulsé? Ou devrait-il quitter le foyer, mais continuer à utiliser son adresse, pour que les agents d'immigration ne le sachent pas? La femme se trouve devant un choix entre la déportation de son ex, et une tentative de tromper les autorités.

Ou bien cette situation : Un homme est parrainé par son conjoint canadien. Après un certain temps, il commence à être très mal à l'aise avec la façon dont son conjoint le traite – commentaires humiliants, menaces subtiles évoquant la possibilité qu’il soit déporté. Ce n'est pas une relation saine, mais il doit tenir le coup, car il serait très difficile de retourner chez lui maintenant que sa famille sait qu'il est gai. Puis, un mois avant la fin des 2 ans, son conjoint le met à la porte. Il va être expulsé de toute façon!

Et combien de temps avant de voir une annonce comme celle-ci?

Nouveau service amélioré de mariage par correspondance! Nous offrons maintenant des femmes à titre d’essai! Si la femme que vous sélectionnez ne donne pas satisfaction, il suffit d'appeler Immigration Canada dans les deux ans suivant son arrivée, et ils vont faire le nécessaire pour la renvoyer.