Soins aux réfugiés: des médecins dénoncent les compressions