Les patrons pressés d'embaucher des réfugiés syriens