Des parrains s’arrachent les places pour «leurs» réfugiés