L’asile, droit ou privilège?