Chronique du Conseil canadien pour les réfugiés vol. 6 no. 5, 1 septembre 2011

Version imprimable

CONTENU :

  1. La liste canadienne des « plus recherchés »
  2. La crise humanitaire dans la Corne de l’Afrique nécessite une forte réponse de la part du Canada
  3. Niveaux de l’immigration, priorités du CCR 2011
  4. Mise à jour : Des réfugiés au Caire ont droit à une nouvelle entrevue
  5. Nouvelle date d’entrée en vigueur du système de détermination modifié : juin 2012
  6. Prends parole! Posez votre candidature pour le nouveau programme du Réseau des jeunes du CCR
  7. Participez aux rencontres d’été des groupes de travail du CCR à Montréal, les 9 et 10 septembre 2011
  8. Visages du CCR : Munira Abukar, Réseau des jeunes du CCR
  9. Nouveautés du CCR

Pages des campagnes et des enjeux actuels :

Ce que nous voulons pour les réfugiés : quatre visages, quatre valeurs
La réforme concernant les refugiés (C-11)
Nairobi : longs délais
Projet de loi C-4 – contre les passeurs ou contre les réfugiés?
Proposition de résidence permanente conditionnelle pour les conjoints parrainés

- Base de données des ressources relatives à la traite
- Droits des enfants et des jeunes : le Canada a du travail à faire
- Rapport de la Consultation du printemps 2011 du CCR

-----

a) La liste canadienne des « plus recherchés »

En juillet 2011, le gouvernement canadien a publié une liste de 30 personnes décrites comme des « criminels de guerre présumés », et a demandé l’aide du public pour les retrouver et ensuite les déporter. Plusieurs organisations, dont le Conseil canadien pour les réfugiés, ont soulevé leurs préoccupations devant cette approche. Entre autres, on s’inquiète que :

  • L’étiquette de « criminel de guerre » est injuste : plusieurs des hommes ainsi identifiés ne sont même pas présumés « criminels de guerre. » Ils ont été jugés inadmissibles selon les dispositions de la loi qui sont si larges qu’elles s’appliquent aux personnes qui n’ont qu’un rapport lointain à des crimes commis (par exemple, un chauffeur ou un technicien en informatique au service d’un gouvernement qui est responsable de graves violations des droits humains).
  • Le Canada a des obligations de veiller à ce que les criminels de guerre soient livrés à la justice. Ce devoir n’est pas respecté si des personnes qui ont vraiment commis des crimes graves sont déportées vers un pays qui n’a pas la capacité ou la volonté de les poursuivre, dans le cadre d’un procès équitable.
  • La publication de la liste de « criminels de guerre », ainsi que celle d’une deuxième liste de « grands criminels », contribue à la perception négative des non-citoyens comme criminels dangereux. La vaste couverture médiatique renforcera vraisemblablement la xénophobie déjà présente dans la société. Cela nuira à tous les nouveaux arrivants, notamment dans le contexte actuel des messages successifs de la part du gouvernement qui associent les réfugiés et les immigrants à la criminalité, à la fraude et à l’abus.

Quelques articles pertinents :

b) La crise humanitaire dans la Corne de l’Afrique nécessite une forte réponse de la part du Canada

En mi-juillet, le CCR et d’autres groupes alliés ont fait appel au Canada pour qu’il fasse preuve de leadership ferme dans la réponse à la crise humanitaire qui sévit dans la Corne de l’Afrique.

Des milliers de personnes ont fui les conflits et la famine en Somalie. Les enfants meurent de faim avant de pouvoir trouver refuge.

La crise actuelle aiguë met en évidence les lacunes dans les politiques canadiennes en matière de réfugiés. Les délais de traitement au bureau canadien des visas à Nairobi, qui couvre la Corne de l’Afrique, sont extrêmement longs pour les réfugiés (37 mois pour les réfugiés aidés par le gouvernement, 51 mois pour les réfugiés parrainés par le secteur privé). En raison de l’importance de l’arriéré à Nairobi des réfugiés en attente de réinstallation, le gouvernement canadien a demandé au HCR de cesser de recommander des réfugiés au bureau de Nairobi et a imposé aux groupes de parrainage des réductions dans le nombre de demandes qu’ils peuvent soumettre à Nairobi. Cela signifie que le Canada n’est pas en mesure d’aider à soulager par la réinstallation les pressions sur le camp de réfugiés de Dadaab ni de répondre efficacement aux réfugiés nouvellement arrivés dans la région qui ont besoin d’une protection urgente.

Pour répondre à ces lacunes, le CCR demande au gouvernement canadien de :

  • Rencontrer les communautés somaliennes au Canada pour discuter de la façon dont ils peuvent collaborer sur la recherche de solutions à la crise humanitaire en Somalie.
  • S’attaquer aux obstacles et aux retards auxquels font face les Somaliens, ainsi que les réfugiés d’autres pays, au bureau des visas de Nairobi.
  • Répondre rapidement aux besoins de réinstallation particuliers découlant de la crise actuelle, comme il l’a fait dans d’autres situations similaires, y compris le conflit en Libye.
  • Imposer une suspension temporaire des renvois vers la Somalie. La crise actuelle aiguë ne fait qu’accentuer la nécessité de cette mesure, qui protégerait les Somaliens se trouvant au Canada de la déportation.

Pour lire le communiqué de presse au complet, voir : http://ccrweb.ca/fr/bulletin/11/07/13

Pour un exemple de la séparation d’un bébé de sa mère, voir : http://ccrweb.ca/fr/parcours-zeynab

Pour de plus amples informations sur les longs délais de traitement au bureau canadien des visas à Nairobi, voir : http://ccrweb.ca/fr/nairobi

Lisez des articles à ce sujet : http://ccrweb.ca/en/media_somalia

c) Niveaux de l’immigration, priorités du CCR 2011

Cet été, Citoyenneté et immigration Canada (CIC) a lancé une série de consultations et de réunions pancanadiennes afin de constater l’opinion publique sur les niveaux et la composition de l’immigration, et sur des changements futurs aux priorités canadiennes en matière d’immigration.

En réponse, le CCR a identifié plusieurs priorités et préoccupations. Elles incluent :

  • La réunification des familles
  • Le respect des obligations juridiques internationales
  • Les enfants

Trop souvent ces enjeux semblent être négligés lors de discussions relatives à la planification du programme d’immigration canadien.

Vous pouvez soulever ces priorités – ainsi que d’autres se trouvant sur la liste du CCR – en répondant au sondage sur les niveaux d’immigration récemment mis en ligne par CIC (date limite 19 septembre)

Pour des articles de presse à ce sujet, voir : http://ccrweb.ca/fr/taxonomy/term/524

d) Mise à jour : Des réfugiés au Caire ont droit à une nouvelle entrevue

37 réfugiés au Caire, dont la demande de réinstallation au Canada a été injustement refusée, se sont tous vus accorder une nouvelle entrevue avec un autre agent des visas. Il s’agit de la suite d’une décision rendue au mois de mai par la Cour fédérale dans quatre cas représentatifs du groupe, statuant que l’agente des visas avait fait de nombreuses erreurs graves (voir http://ccrweb.ca/fr/bulletin/11/06/02#a). À la lumière de cette décision, le gouvernement a accepté que tous les autres cas dans ce groupe soient aussi renvoyés au bureau des visas.

La Cour fédérale a également décidé que le gouvernement devrait payer une partie des frais judiciaires des demandeurs, en soulignant que le gouvernement aurait pu éviter le litige s’il avait examiné soigneusement les plaintes déposées par le CCR à l’égard de ces cas en 2009. La juge Snider écrit : « lorsqu’une organisation digne de confiance apporte à l’attention [du ministre] plusieurs problèmes similaires, à partir du même bureau des visa, le bon sens et l’équité m’amènent à conclure que le ministre aurait dû prendre plus au sérieux la plainte. »

Un article pertinent : Carol Sanders, « New immigration interviews ordered for Eritreans grilled by suspicious visa officer », 5 août 2011, http://bit.ly/p1SYwm (en anglais)

e) Nouvelle date d’entrée en vigueur du système de détermination modifié : juin 2012

Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a annoncé que les changements majeurs au système canadien de détermination du statut de réfugié seront mis en œuvre le 29 juin 2012.

Ces changements faisaient partie du projet de loi C-11, approuvé en 2010, Pour plus d’informations au sujet de ces changements et pour les mises à jour, voir : http://ccrweb.ca/fr/la-reforme-refugies

f) Prends parole! Posez votre candidature pour le nouveau programme du Réseau des jeunes du CCR

Prends parole!Voulez-vous aider à faire en sorte que les droits des enfants et des jeunes non-citoyens soient respectés au Canada?

Posez votre candidature pour recevoir une bourse Prends parole de la part du Réseau des jeunes du CCR!
Le Réseau des jeunes du CCR offre des fonds et du soutien à des groupes de jeunes nouveaux arrivants de partout au Canada pour qu’ils puissent développer des ressources d’éducation publique ou de défense des droits qui mettent en valeur les droits des enfants et des jeunes non-citoyens.

Des vidéos, vidéos de musique, plans d’ateliers, scénarios de théâtre populaire, balados, banques de conférenciers, banque de ressources en ligne… ce qui vous inspire!  

Les propositions de projet doivent entrer dans le cadre de la campagne du Réseau des jeunes sur les droits des enfants et des jeunes sous le système d’immigration canadien.

Date limite : 19 septembre 2011

Montant de la bourse : jusqu’à 1500$

Pour plus d’information: ccrweb.ca/fr/prends-parole

g) Participez aux rencontres d’été des groupes de travail du CCR à Montréal, les 9 et 10 septembre 2011

Réunions des groupes de travail du CCRVous voulez collaborer aux efforts de promotion des droits des réfugiés? Vous voulez participer à des discussions approfondies sur les enjeux de l’heure affectant les réfugiés et les immigrants au Canada? Vous désirez partager de l’information et des stratégies avec d’autres personnes provenant de partout au Canada?

Venez aux rencontres d’été des Groupes de travail à Montréal les 9 et 10 septembre 2011!

Dates : 9 et 10 septembre 2011, 9h30 – 17h
Vendredi 9 septembre, 9h30 - 17h : Protection outremer et parrainage
Samedi 10 septembre, 9h30 - 17h : Protection au Canada et Immigration et établissement

Lieu : Diocèse anglican de Montréal, 1444 Union (station de métro : McGill), Montréal

Qui peut assister : Tous les représentants d’ONG et autres individus intéressés.  Le CCR encourage une large participation. Les rencontres sont fermées aux représentants des gouvernements et des médias. Aucune inscription n’est requise et il n’y a aucun frais de participation.

Pour plus d’informations et pour une copie du dépliant, consultez le : http://ccrweb.ca/fr/reunions

h) Visages du CCR : Munira Abukar, Réseau des jeunes du CCR

MAbukarMunira Abukar est née et a grandi derrière les murs du Toronto Community Housing. « En général, c’est une superbe communauté, » dit-elle. Cependant, « lorsqu’on grandi dans un quartier défavorisé, on fait face à une discrimination extrême. J’aime beaucoup ma communauté et c’est superbe de faire parti de ceux qui construisent cette large structure unie. » Fille d’immigrants somaliens, Munira ne trouve pas sa passion à l’intérieur d’elle-même, elle la trouve chez les autres : ses parents, ses frères et sœurs et sa communauté à Toronto. « C’est grâce à leur soutien que j’ai la passion de faire ce que je fait : redonner à ma communauté. »

« Impliquée », c’est l’adjectif trop modeste dont Munira se sert pour se décrire. Elle est membre active de près de 12 comités dans la région de Toronto et elle a récemment été élue au conseil d’administration du Toronto Community Housing. « Je suis très passionnée dans ma recherche d’un équilibre entre l’égalité, la justice, et aider les autres. Ma passion pour le bien-être des autres déborde dans d’autres aspects de ma vie. »

Qu’est-ce qui la pousse? « Nous voyons tant d’apathie et de violence chez la jeunesse d’aujourd’hui, donc j’ai choisi de m’impliquer et de combattre plusieurs stéréotypes que j’entends. Il faut se demander ce qui a rendu [les jeunes aussi apathiques]. Les gens ne sont pas nés apathiques, ils le deviennent parce qu’ils ont perdu espoir à cause d’un problème qu’ils croient inchangeable. Ces jeunes ne sont pas apathiques, juste induits en erreur. »

Munira s’est impliquée au sein du CCR grâce à ces expériences, en commençant par la Consultation à Windsor en 2009. Parmi ses meilleurs moment, elle inclut : avoir rencontré plusieurs nouveaux visages, travaillé avec des personnes incroyables et aidé à faire endosser cinq demandes d’action. « Le CCR a vraiment changé ma vie personnelle et professionnelle. Comme espoir pour le Réseau des jeunes du CCR, j’aimerais voir des clubs participatifs dans chaque école secondaire du pays pour que les jeunes puissent en apprendre sur le CCR. Je crois que le Réseau des jeunes du CCR s’étendra jusqu’à émerger comme force de changement politique au Canada. »

i) Nouveautés du CCR

Base de données des ressources relatives à la traite

Protection des personnes ayant subi la traiteVous cherchez à sensibiliser le monde à la traite des personnes?  Parcourez la *nouvelle* base de données du CCR de ressources canadiennes et internationales.

Disponible à http://ccrweb.ca/fr/ressources-traite, la base de données a été rendue possible grâce à un financement de Justice Canada.

Pour plus d’informations sur la campagne du CCR pour la protection des personnes au Canada ayant subi la traite, voir : http://trafficking.ca


Droits des enfants et des jeunes : le Canada a du travail à faire

Le Canada a du travail à faireLes Nations Unies examineront bientôt le Canada pour voir s’il respecte la Convention relative aux droits de l'enfant. Pour ce qui est des enfants réfugiés et immigrants, le Canada a encore du travail à faire s'il veut réussir son examen.  En préparation à cet examen, le Réseau des jeunes du CCR a souligné plusieurs préoccupations clés sur lesquelles le Canada devrait se concentrer.

Le Canada a du travail à faire est un document d’information court et indispensable qui souligne ces préoccupations, et qui peut être imprimé ou commandé du bureau du CCR.  Servez-vous en pour parler des droits des enfants et des jeunes dans votre communauté ou en lien avec la campagne Les droits des enfants et des jeunes sous le système d’immigration canadien cet automne, qui se conclura le 20 novembre à la Journée mondiale de l’enfance.


Rapport de la Consultation du printemps 2011 du CCR

Le rapport de la Consultation du printemps du CCR sur le thème Les droits des réfugiés à l’honneur : 60e anniversaire de la Convention sur les réfugiés (Hamilton, mai 2011) est maintenant disponible à : http://ccrweb.ca/sites/ccrweb.ca/files/conference_report_may2011.pdf (en anglais seulement)

Un grand merci à tous ceux et celles qui ont contribué de différentes façons au succès de la Consultation!  Les détails de la Consultation d’automne du CCR à Montréal du 24 au 26 novembre 2011 seront bientôt disponibles.  Ils seront affichés à : http://ccrweb.ca/fr/reunions à la mi-septembre.

-----

Vous cherchez d’autres moyens de rester en contact avec le CCRet les enjeux touchant les réfugiés et les immigrants? Abonnez-vous aux mises à jour du CCR sur Twitter et Facebook:

Pour joindre le CCR sur Facebook : http://facebook.com/ccrweb
Pour joindre le CCR sur Twitter : http://twitter.com/ccrweb
Pour voir des vidéos du CCR sur YouTube : http://www.youtube.com/ccrwebvideos