Demandeurs d'asile : Ottawa parle, Québec paye